Eglise

Venez découvrir le récit historique de l’ancienne église de Pontaubault, détruite par les bombardements de 1944.


JPEG - 289.3 ko
Eglise au début du XXème siècle

L’église de Pontaubault — monasterium de Ponteaubaudi — située au bord de la route royale comme jadis — butât ad cheminum domini régis quo itur de Sto Jacobo de Beuron apud Abrincas — est un modeste oratoire, composé d’un chœur et d’une nef au portail roman. Son archivolte semble doublée par le mur intérieur, et le coin roman saillit légèrement entre la colonnette et le jambage. Les chapiteaux, superficiellement ciselés, n’offrent pas de figure caractérisée. L’épais badigeon qui empâte la façade cache l’appareil. La côtière du sud est pénétrée de deux fenestrelles ogivales et d’une grande fenêtre dont les linteaux sont des fragments de pierres tombales sur lesquelles on lit le nom de Richard, curé. La porte de ce côté pourrait bien être contemporaine du portail, c’est-à-dire du XIIème siècle : c’est une ouverture basse et étroite dont le tympan est rempli, et qui présente aux trois points de son arc trois modillons à face humaine. Le chœur est une construction moderne avec des pierres anciennes aux angles des murs et aux encadrements des fenêtres. Sur le côté septentrional on voit une pierre tombale de 1654. Il y a deux fenestrelles analogues à celles du côté opposé. La timide et chétive flèche du village est imbriquée de bardeau. L’intérieur n’offre rien d’intéressant, excepté un petit encadrement de vitrail peint dans lequel on voit une figure d’ange, un brillant devant d‘autel du XVIIIème siècle, dont les volutes végétales encadrent une Salutation , une piscine ogivale, une coupe baptismale simple et élégante , posée sur une base étroite , ceinte au point d’étranglement d’un tore et d’un câble.

JPEG - 279.4 ko
Intérieur de l’ancienne église

La plus ancienne pièce, à notre connaissance, qui mentionne Pontaubault est une lettre de Henri II, roi d’Angleterre, en 1157, dont Adrien de Valois cite une expression « Pontem Aubaudi »

Cette église fut donnée, vers le milieu du XIVeèe siècle, au Chapitre d’Avranches par Geslin, fils d’Ate , citoyen d’Avranches — civis Jbrincensis. — Dans la charte insérée au Livre Vert, l’église ou le presbytère est appelé d’un nom assez usité en ce sens — monasterium dicti loci, comme le mot collegium est appliqué à l’église de Saint-Gervais. Voici cette charte pleine de détails de moeurs et de topographie : « Sciant quod ego Geslinus filins Aie civis Abrincensis dedi canonicis ecclesiam beati Andrée de Ponteaubaudi cum omnibus pertinences et feodum unius vavassoris.... reddit anmiatim très sol, cenom. et servicium tmius hominis cum equo ad submocioncm canonicorum , ituri per Normanniam pro eorum negociis et prœterea procurationem trium hominum cum equis setnel in anno, et unam masuram propè cheminum de Sancto Jacobo de Beuron. . . . Viam qua itur ad monasterium dicti loci et butât ad cheminum domini régis quo itur de S. Jacobo de Beuron apud Abrincas »

En 1648, l’église de Pontaubault, dont le patron était le chanoine de Pontaubault, avait un revenu de 115 liv. En 1698, la cure valait 200 lîv. la paroisse payait 471 livres de taille et renfermait 47 taillables. Les nobles personnes étaient alors la veuve de J. Delanoë, écuyer, et son fils. En 1763, Poutaubault faisait partie de la sergenterie de Pigace et renfermait 62 feux. Le même auteur l’appelle « un grand passage sur la route de Bretagne. »

JPEG - 148.2 ko
Porche de l’ancienne église

L’église de Pontaubault à été détruite durant la 2ème guerre mondiale et a été reconstruite en 1956 (on peut voir la porte de l’ancienne église dans le cimetière). Depuis, c’est devenu une église de construction moderne.

JPEG - 177.9 ko
Eglise reconstruite